Les culs terreux

Publié le par Désherbant

porc.jpg 

En voilà une de vieille antienne : "La France des villes qui aurait bouffé la France des campagnes "

Paris et le désert français. Le modèle urbain qui colonise nos territoires ruraux.

Pire encore : " .... la fin du monde rural ... "

Hélas ! Quelle belle connerie ....

Cela ne fait que me désespérer : en France la ruralité se porte bien, pour mon plus grand désespoir !

Malgré moi, j'ai eu l'occasion de sillonner la France profonde du Nord, de l'Est, du sud-ouest, des alpes, des Pyrénées de ... l'Auvergne et d'ailleurs au cours de ces dernières années.

Les villages aux « clochers et maisons sages » (et surtout déprimantes ) sont toujours là (grrr !!), bien vivants et florissant.

On les traverse avec crainte et déprime à quarante km l'heure en se faisant chier pour éviter les chicanes décorées en grotesques bac à fleurs s'épanouissant en pur style déprimant de « sous-préfecture ». A mon plus grand dam les agriculteurs n'ont toujours pas disparus,si j'en juge par les nombreux tracteurs croisés ou suivis à trente à l'heure sur chaque route départementale et par les nombreux jets d'eau, au milieu des champs cultivés, aperçus en plein midi (à l'heure la plus improbable) qui gaspillent des ressources essentielles de l'humanité pour arroser des futiles et génétiquement modifiés plants de céréales qui contribuent à l'empoisonnement massifs de l'espèce humaine et animale entre Orléans et Chartres.

Autre jour privilégié par les ruraux et qui génère des bouffées de déprime à se couper les veines, c'est le dimanche. Un jour où les bouseux éprouvent un étrange besoin de prouver à qui le veut bien que la ruralité est on ne peut plus festive.

Nos sinistres villages campagnards rivalisent ainsi de créativité ringarde : fêtes patronales (il y a toujours une fête patronale dans un village de la, plus que profonde, France du terroir), foires aux bestiaux, brocantes, vide greniers avec des merdasses de tout genre proposées à même du sol et - surtout - autres bien affligeants défilés folkloriques ... Bref toute une riche panoplie pour ne pas rater sa pendaison à la première branche végétale venue.

Je me souviens d'un bien sinistre dimanche de juillet : parti de Clermont-Ferrant à 14h30, je n'ai pu atteindre Besse-en-Chandesse où se tenait, de toute évidence, une fête estivale. Trente km avant l'arrivée, un bouchon monstre m'a permis de traverser la commune de Champeix, suffisamment lentement pour que j'en profite de la fête villageoise avec défilé de matériel agricole du siècle dernier.... Tout un programme.

Danses auvergnates du groupe folklorique local et marché en tout genres sur la grande place.

Rarement comme dans cette circonstance j'ai eu des étranges mouvements d'effrois. Une frayeur convulsive matinée de terreur panique. Me revoila propulsé il y a deux siècles en arrières en pleine disette économique et sociale, et voilà qu'ici on en célébrait les portées. Un cauchemar vous dis-je.

J'avoue, à ma grande honte, ne pas être, faute de suffisante patience, resté pour bien profiter de ce bucolique et bien rural bouchon pour admirer, en toute quiétude, la course cycliste et ses ringards toxicos de sportifs jouer de la pédale et les flonflons du village suivant.

Je le regrette encore ...

J'ai en revanche pris le premier chemin de traverse vers les collines alentours et qui plus sainement ont pu me conduire vers le salut .... l'autoroute.

Des esprits chagrins diront que les villages se meurent (que cela ne tienne ! ), dans nos montagnes et nos campagnes si éloignées des bourgs.

C'est vrai !! Enfin une bonne nouvelle !!

Est-ce forcement une catastrophe ?

Ce n'est pas moi qui pleurera sur ces départements en piteux état, comme celui de la Creuse, qui a vu, il y a quelque temps déjà, certains de ses populations (lesquelles au juste ?) manifester à propos de la fermeture de bureaux de poste et perceptions dans leurs commune. Ah ! Ces nases qui se battent pour payer leurs impôts !

Il était quand même un peu tard pour ces respectables élus territoriaux de bouger leur cul terreux après que tant d'entreprises, services marchands et écoles avaient déjà disparus.

Ils ont trouvé bien respectable manifester après coup, alors que rien n'avait été fait avant pour empêcher cela. Comme diraient nos trop vieilles grands mères : « du bon sens paysan » ... à l'état pur, j'ajouterais-je !

Postes, écoles et perceptions qui s'en vont sont le signe du désert économique qui s'installe.

Par pitié ... n'arrosons donc point ce désert où, à part la connerie, le passéisme, la ringardise, l'esprit étroit et réactionnaire, plus rien qui vaille, ne pousse.

Qu'on donc fait pour leurs communes et leurs départements ces soi-disant responsables pour maintenir l'emploi, refaire les routes, attirer les jeunes ? Pas grand choses me semble-t-il.

Il ne savent que pleurnicher contre l'Etat afin qu'il ne débranche pas la perfusion administrative des subventions. Et toujours dans ces contrées sinistres et sinistrées, toujours la même rengaine : haro sur le parisien ... !

Pauvres grotesques ...

Il serait pourtant bien plus utile, pour ses sinistres bouseux, d'utiliser moins leurs pieds pour défiler, ou leur langue pour rouspéter et davantage de cervelle pour développer des activités.

Alles les campagnards, secouez vous : montez des projets sérieux, cherchez des financements à l'extérieur, soyez pour une fois ... rentables en toute autonomie !

Le tout parisien que je suis, je me trouve las, par mes contributions directes, de maintenir en vie, votre bien legumeux cerveau de poireau pur soupe.





Commenter cet article

chriscraft_ 23/05/2007 20:06

à la tienne Antienne :)oupsdésolée

gari 14/05/2007 01:20

????

mado 06/05/2007 08:48

  touche pas a ma campagne  laisse les culs terreux tranquilles  ils bossent  pour que tu manges ce que tu trouves sur tes étals parisiens   et oui ......  c'est pourtant ca...

chriscraft_ 29/04/2007 13:22

bétonnons la campagne y aura plus besoin de chasseurs et d'agriculteurs
 

Désherbant 08/05/2007 19:53

Chiche, bétonnons, bétonnons ... j'ai déjà achété le gravier ... pour que le béton soit ... armé !  ;o)

TMS25 27/04/2007 22:15

la ruralité est une plaie c'est clair, depuis 1789  ils ralent on arrivera jamais à les faire taire

Désherbant 08/05/2007 19:54

A quand un parti révolutionnaire anti bouseux ?? lol !! A +