Pourquoi je déteste les week-end à la campagne (suite...)

Publié le par Désherbant

 chemins-boueux.jpg... (suite) La seconde hypothèse est pire...
 
Existe-t-il un langage assez sordide pour exprimer l'angoisse que l'on éprouve quand on arrive, par un vendredi soir pluvieux, dans une chaumière glaciale et sinistre où l'on est censé rester deux jours entiers ? Et la consternation que l'on a tant de mal à cacher en découvrant les chers amis, que l'on connaissait en costumes et vestons, dans leur panoplie de gentleman-farmer des années '70 ? Et l'envie de partir à l'instant, quand on vous montre votre chambre à coucher au plafond taché d'humidité, où règne la plus « naturelle » des températures : 4 ou 5 degrés tout au plus ?

Il existe une seule chose aussi atroce qu'une nuit à la campagne: c'est une journée à la campagne !

En compagnie des chers amis qui ont eu le sadisme de vous y inviter. Si au moins ils vous laissaient vous morfondre dans votre coin et vous pénétrer de cette pénitence ...

Que nenni ! Mains non, ce sont de bons hôtes, ils veulent vous occuper, hélas.

« ... Venez avec nous, nous allons faire une grande randonnée en forêt ! ... »

Et là on est mort !

Vous êtes alors entraîné dans un genre d'absurde parcours de survie, à travers des chemins si boueux qu'il vous est impossible de regarder autre chose que l'endroit où vous allez poser votre pied.

Trois heures plus tard, après vous avoir raconté en détail par quel hasard sublime votre hôte a trouvé cette idyllique maison de campagne, votre cher amis s'exclame: « Vous n'allez pas me croire : je ne sais pas où nous sommes !  C'est bien la première fois que je me perds dans la région ».

Et il a fallu que cela tombe sur moi !

Vous avez alors envie de meurtre ...

Il faut se considérer bien heureux si, avant la tombée de la nuit, vous avez retrouvé le hangar au toit percé où vous attend, pour le dîner, un ragoût inidentifiable, « ... préparé selon une très vieille recette de famille dont le secret est gardé avec un soin jaloux, de génération en génération ... » Vous dit-on ... Bref un truc à vous faire gerber ...

Le dîner champêtre est suivi d'une déprimante veillée au coin du feu, où l'on ne manque pas d'être enfumé comme un jambon car, immanquablement, la cheminée tire mal.

On joue à un jeu de société qui fera regretter les plus indigestes émissions débiles télévisées, ce qui n'empêchera pas quelqu'un - le con champêtre de service - de s'exclamer que, quand on a une cheminée, on pas pas besoin de la télévision ....

Arghhh !!!

(a suivre ...)

Commenter cet article

L@glesine :0010: 28/08/2007 14:07

La chambre et son plafond.... J'ai parfois vu les mêmes à Paris !!! Non c'est vrai !! Un texte excaffant !!Allez bisous

Ambre 29/05/2007 13:35

Ca sent le vécu, ça sent le vécu... c'est jubilatoire. Franchement, je n'avais jamais imaginé un week-end à la campagne sous cet angle (même si parfois, c'est très proche de ce que vous décrivez). La fraîcheur et le réalisme de la descriptio nne peuvent m'empêcher de pouffer en vous lisant. Au fait vous leur avez dit à vos amis ?Ambre

Sator 24/05/2007 06:44

Très réaliste,j'avoue l'avoir vécu.............. et (presque) fait vivre.............:0009:

chriscraft_ 23/05/2007 20:05

ah oui tiens je me souviens une fois en maison de campagne y avait un lit avé un édredon et dans l'édredon y avait un nid de sourissympa non ? 

chriscraft_ 23/05/2007 13:19

y a pire lol y a les intérieurs rustiques en ville mdrsalut toi