L'Amour est dans le pré. L'émission !

Publié le par Désherbant

 Il me fut grandement reproché l'année dernière, d'avoir fait l'impasse sur cette grotesque émission télévisée : « L'amour est dans le pré ». On déplorait par ci et là, qu'un blog comme celui-ci, flinguant à tout va toute forme pastorale de vie sociétale, ne se soit pas penché plus tôt, avec un brin d'ironie acérée, sur cette « télé-réalité » mettant en scène les péripéties amoureuses des nos agriculteurs hexagonaux.

Essayons donc de pallier à ce impardonnable manquement tout en présentant mes plus plates excuses aux nombreux citadins déçus.

Comment comprendre cette émission aux allures racoleuses si ce n'est par le système même des rencontres amoureuses qu'elle propose.

Jadis nos gaillards paysans, pour retrouver leur « assistante de ferme » ou « auxiliaire de vie », lisaient les petites annonces du : « Chasseur Français ».

Privés qu'ils étaient d'internet, interdits de surfer sur « Meetic » ou autre sites agréés « rencontres » similaires, ils se morfondaient entre le tas de purin et les monceaux de fumier de leur corps de ferme.

Stylo à la main, ça devait les changer de leur bêche. Semblablement aux sillons qu'ils traçaient sur leurs champs, on les imaginait bien  crayonner quelque vague et maladroite description de leur style de vie sur un papier jauni et truffé de chiures de muches ... Ca avait alors un coté plus ... authentiquement rustique.

Des descriptifs raisonnés où leur style de vie avait les mêmes mots et le même « phrasé » que ceux pour détailler leurs meilleurs bestiaux à la foire annuelle du village. A quelque « patte de mouche » pré, of course. Pour faire "mouche" ça devait avoir un coté « vendeur » ! C'est qu'ils ne sont pas radins en superlatifs les bougres, lorsqu'il s'agit de mettre en valeur les « carcasses ».

Il faut croire que « la-petite-chaîne-qui-monte » devrait estimer que cela n'était pas suffisant pour le bonheur. C'est ainsi  qu'un beau jour elle a décidé d'apprivoiser ce marché des coeurs rustres, certes, mais solitaires.

A croire qu'elle ne supportait plus de voir ces pauvres bouseux de nos vertes et dépeuplées contrées, se morfondre de la sorte dans leur solitude et triste ferme.

Décidant donc de continuer de faire l'impasse sur toute connexion Adsl, l'émission a voulu porter l'espoir dans nos campagne. Il était grand temps en cette période d'intense morosité sociale et économique ainsi que d'érosion accélérée du pouvoir d'achat de tout chacun.

Une mission donc de pur service public.... Sur "La 6" ! Qui l'eut cru ?!? 
Mais que faisaient donc les autres chaînes feignasses d'état ?

Seulement voilà : le paysan en tant que « coeur de cible » semble, d'après l'échantillon porté à l'écran, bien moche comme une bouse de vache, débile comme un blaireau et macho à l'extrême.

On ne s'interroge donc pas tant que ça sur les réelles raisons qui motivent la solitude affective du rustre : « Trop con ! Tu m'étonne qu'il soit encore seul cet abruti », dixit les spectateurs en regardant ça.

Ha ! l'authentique « made in France » ! A nous faire regretter les « Greg le millionnaire » et sa digne consoeur : naïade lofteuse toute en finesse et en élégance stylée .... A poil dans la mare ...

Or, dans cette émission crottée, les clichés, version rurale, sont légions.

L'homo-agricolum a tout d'un solitaire ermite. Bien épanoui uniquement parmi ses bêtes, il vomit la ville et ses bien nombreux lieux de débauche comme les gares des trains, le métro, et autres bar/restaurants « lunge ».

On arrive  ainsi à se demander vraiment  quelle femme raisonnable souhaiterait vivre à coté d'un tel fruste sorti tout droit du paléolithique, ou encore comment elle se verrait s'épanouir dans la porcherie qui juste le salon de la ferme du type en question.

Une femme vraiment désespérée à ce point ? Une dépressive en pleine détresse affective ? Ou simplement une simple dinde de choix ? Va savoir ...

Après tout l'important est de ne pas trop se démarquer de la basse-cour de la ferme du gars. On pourrait sinon, lui ... « voler dans les plumes » à trop jouer sur les contrastes.

Si on aurait souhaité vilipender à l'extrême et avec cruauté la vie à la campagne, on ne s'y serait pas pris autrement.

Dans cette émission ridicule et risible, l'agriculteur est un type gros, hirsute et casseaux. Un va-nus-pieds colérique et dégénéré.

Comment donc s'étonner lorsque, à l'issue de la phase de « triage » de ses deux futures compagnes (un bref moment de l'émission qui vaut le détour: de type « speed dating ») les deux candidates à la déprime qui suivent docilement leur bourreaux dans sa ferme,  sont toujours les spécimens les plus moches, (ou les plus bêtes, c'est selon).

C'est à partir de ce moment où mâle et femelle se retrouvent enfin dans l'enclos étouffant de la ferme où tout dégénère.
Trahisons, complots, engueulades, pleurs, déprimes, agressions sournoises et larvées. Bref, tout le concentré essentiel de ce qui constitue le quotidien dans ces contrées bien effrayantes où  est pérennisé un monde clos, étouffant et totalement étanche à la moindre ouverture vers l'extérieur.
Un monde sourd, aveugle et muet constitué de solitudes partagées comme des fardeaux.
Un monde de souffrance. Un monde violent car pas maîtrisé, pas choisis. Subi.

En somme, à votre avis, nos deux sujets vont-ils poursuivre l'aventure ensemble pour ce qui encore leur reste de vie, ou décider (qui décide au juste ?) de tout stopper net et de recouvrer ainsi, chacun de son coté, la liberté d'avant ?

Voilà en somme le « suspens » débile et inopérant que l'émission souhaite, en filigrane, nous faire partager.

La liberté, pfff ! .... Comme si ce mot pouvait être seulement compatible avec la vie à la ferme ....

 

Commenter cet article

Ambre 20/08/2008 13:02

Alors là, je suis d'accord avec toi, pas sur tout à 100% mais dans l'esprit , oui ! Je ne regarde pas cette émission. J'ai eu le droit insigne d'en voir un épisode cet été, chez ma mère, qui ne pouvait vivre sans sa dose de bêtise hebdomadaire (arg ! la joie de se faire héberger par ses parents qui imposent leurs choix télévisuels douteux). je suis donc d'accord pour dire que cela donne une image fort négative et attristante de nos agriculteurs. C'est de la télé-réalité de bistrot, de la sous-télévision à usage des péquenots... Et je reste polie.Ambre

Chuipala 19/08/2008 14:18

M'étonnais encore de ne pas lire un truc bien acide sur l'émission tant attendue par des milliers de téléspectateurs..Pas déçue à la fois je suis.... Encore un an de plus et ça devenait de l'arachage de chair à vif :D

vita 08/08/2008 10:15

Pas besoin d'aller à la campagne ou à la tv pour voir de telles mascarades...L'amour-super-marché...VITA

syboule 24/07/2008 14:57

j'attends avec impatience cher désherbant d'autre article sur ton blog ... j'aime ton humour caustique et deserbant...d'ailleurs on le sens dans les commentaire que tu dépose à droite et à gauche !!bizzzzzzz

Cybèle 23/07/2008 13:59

Je n'ai pas vu l'émission mais j'imagine bien le genre d'emission qui accumule les clichés en tout genres et montrant bien aux téléspectateurs ce qu'il s'attendent à voir.Je vis en milieu rurale et ile st vrai que les contraintes pour un agriculteur ou un eleveur sont réelles et pesantes, mais il est vrai aussi que les agriculteurs d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier.Quand je vois ce genre d'emission cartonne, je pense à la chanson de tryo : Sortez les poublles (tu connais?)bises