Le Skin Head est dans le pré …

Publié le par Désherbant

 Il y a des jours d'automne comme ça.
Des trucs qui se passent ainsi : un peu comme jadis chez "les malgré- nous" ...
La vie quoi. Et son bien long florilège de misères.
C’est ainsi  
Et cette crise ambiante qui n'arrange jamais les choses.
Petit village de 300 âmes à tout casser, dans une riante cambrousse de cette inouïe et patriotique région qu'est la Lorraine.
Trois jeunes filles lycéennes autochtones, invitent dans leur bled des copains d’origine étrangère et qui habitent le  petit bourg voisin. Ils se connaissent depuis le collège.        
Une amitié durable et solidaire qui s'est installée et développée au fil des ans entre ces jeunes ados.        
Reste que l'une des ces trois filles a une sœur qui elle a, de son côté, des fréquentations davantage "allogènes", à savoir avec une bande locale et, au demeurant  bien épanouie de "skins".    
Et lorsque les trois gars, à la peau un brin plus mate que le teint blafard de la jeunesse du cru,  arrivent dans ce petit, quoique sinistre village, un comité d’accueil s'est structuré et bien mis en place orchestré par une quinzaine de congénères  aux bien nauséabondes et xénophobes attitudes. Ils abrorent au passage et pour l'occasion, des accoutrements un brin  endimanchés. Tous sont sur leur « trente-un » et la panoplie assortie ne manque pas : cagoules noires, svastikas en pagaille et battes de base-ball.
Ainsi que l'élégant et fort varié bestiaire additionnel et complémentaire composé par  des pitts bull enragés en nombre.
Tout ce beau et nombreux monde pour l'accueil fraternel et chaleureux de ces trois malheureux jeunes d'origine étrangère...
L'hospitalité dans nos campagnes n'a  vraiment pas de limites.
Un seul objectif cependant de ce si charmant rassemblement : bouffer (ou ratonner)  "du pas français
" ...  comme ils disent.         
L’autorité municipale de ce trou du cul du monde en est alertée et, à son tour, prévient les gendarmes qui, une fois sur place, désarment et procèdent à des interpellations dans les rangs associatifs Skin.   
Après une nuitée passée en garde à vue, certains seront placés en détention par les magistrats Lorrains.
Convoquée par les juges pour témoigner des faits, une des ces trois jeunes filles  avait prévu de se rendre, de bonne grâce,  à la convocation du tribunal.   
C'était sans compter sur les pressions, les menaces, les intimidations et autres encouragements de ce type, que la jeune femme subira entre temps.
Elle finira par renoncer à témoigner.
De leur coté, les géniteurs de cette édifiante jeunesse placée sous écrou, expriment à qui veut bien les entendre, tout leur dégoût pour la justice et la police de leur pays car, à leurs yeux, il n’y avait vraiment pas de quoi « lyncher un chat ».
L’édile local est aussi fortement mis en cause par ces adultes hautement responsables car, selon eux,  au lieu de s’inquiéter du sort de ces étrangers, il aurait mieux fait de s’occuper des authentiques enfants du pays et, accessoirement,  de ses propres concitoyens... électeurs.
Ainsi, que croyez vous qu’il ait fait  ce téméraire élu local ?
Je vous le donne en 1000 ….
Non ? Vraiment vous ne voyez pas du tout où je veux en venir ?!? ....
Bon, passons. C'est pas grave, n'est ce pas ?       
Mais dites-moi plutôt, qu’aurions nous fait à sa place ?  
Et à la place de la jeune fille ?   
Et en tant que parent de l’un de ces encore verts nazillons incarcérés ?        
Va savoir ....
Ah ! Ces bons vieux shérifs du Far West d’antan...
Ces vaillants héros à la superbe et mythique allure à la Clint Eastwood à la gueule bourinée, faisant face, seuls, contre la bande de « cow boys » et néanmoins graine de racaille,  si chers aux personnages de Serge Leone et aux westerns de notre morte enfance …
On n'en fait plus de héros comme ça, n'est ce pas ?       
Cependant, juste une considération arithmétique : sur un hameau  de 300 bouseaux la présence de (au moins) 15 skins ça nous fait un ratio de combien de nazillons par habitant, au juste ?
Et bien 300/15 = 20 tout rond !!
Pas si mal, hein ?  
De quoi nous permettre d'avoir fort peu de soucis à se faire pour la durabilité, dans ces amicales contrées rurales de l’est,  des scores électoraux dépassant parfois les 30% des suffrages pour le F.N., hein ?
La relève semble bien assurée. 
De quoi tranquilliser aussi l’ancien et bientôt nouveau (ou nouvelle ?) dirigeant(e) de ce glorieux parti bien hexagonal.    
Ils peuvent donc vendre - et sans soucis - leur « paquebot ».   
Il y aura toujours dans ces campagnes, par-ci ou par-là, une enthousiaste grange, ou un étable, ou un fenil ou autre hangar agricole, qui voudra bien accueillir, à moindres frais, le siège national de cette vertueuse amicale politique si typique de chez nous.

Commenter cet article

Mathilde 13/05/2010 16:31



Les Skinheads sont anti-racistes, il ne faut pas les confondre avec les boneshead ou hooligans qui eux sont racistes, nazistes, etc. Ils ont juste repris le style des Skinhead et l'ont un peu
modifié. On a souvent tendance à confondre Skinhead et Boneshead, ce qui est une grossière erreur.



Désherbant 18/08/2010 00:10



OK, Mathilde, merci pour toutes ces précisions fort intéressantes....


;-)



zaq 26/10/2008 09:18

la présence et l'influence des idées du FN dans notre société ne peut se limiter au pourcentage de votants pour ce parti. Par extension, la peur de l'étranger, du "basané",n'est pas le seul fait du FN... c'est même très répandu et pas seulement à la campagne !!!ciao à toi 

Désherbant 27/10/2008 12:00



Xénophobie, racisme et  discrimination sont souvent l’apanage d’une certaine vision du
monde étriqué et évoluant en vase clos.


Dans les villes, les grandes villes,  les idées et les hommes circulent davantage. Les expériences et les imprégnations
aussi.


Le monde rural me paraît  mieux résister aux idées sociétales de progrès et
d’ouverture.


Un monde qui, étriqué et incertain, évolue en autarcie limitant les contacts avec l’extérieur. Avec l'autre. Qui s'en méfie aussi.
Un peu comme dans un bocage agraire où le biotop qui le caractérise  est rétréci et faiblement diversifié.
En un mot, voué à disparaitre.


Et pour les idées plus haut décrites, le plus tôt sera le mieux.
A + Zaq. Merci de ta visite.
;-)



syboule 23/10/2008 21:19

chez nous aussi : le "d'une autre couleur" n'est pas le bienvenue par certains paysans (dans le mauvais sens du terme!!)mais .. mais ... oui les mentalités changent , et changent reellement !!! Pau est une ville plus ouverte !!mais il faut encore du temps !!! et Arzacq , ville de passage , à l'habitude de voir d'autres gens , et l'ouverture d'esprit est reelle !!bizzzzzzzzzzz desherbant !!

Désherbant 23/10/2008 23:17


Vivement donc que ça change chez toi, Syboulette.
Et le plus tôt sera le mieux.
1000 biz à toi:0010:


lizagrece 22/10/2008 20:09

jE VIS DANS UNE VILLE !!! et je reviens justement d'Athènes où j'ai passé plusieurs jours ... je n'ai pas remarqué la même chose que toi ... Et je te signale c'est que l'extrême-droite aux dernières élections ne représente que 3,5 % des électeurs ... Tu me diras c'est 3,5 % de trop ... Mais bon ! ... En France il y a eu bien plus que ça non ? A une certaine époque ...LIZAGRECE

Désherbant 23/10/2008 23:14



En Grèce, ou chez toi (comme tu voudras, ma chère
Liza),  l’extrême droite est  au Parlement. Excuse-moi du peu ...
L’arrivée au parlement l'année dernière et pour la première fois depuis la fin de la dictature, du Laos (Alarme populaire orthodoxe) : parti d'extrême droite de Georges Karatzaféris a certes
réalisé come tu le sais, des scores avoisinant le 4% mais a aussi propulsé ce beau et vieux pays des philosophes, dans un grand bond en arrière qui me fait penser aux bien sinistres
années ’70… La cause ? Les Scandales à répétition. Corruption. Bavures policières. Lenteurs dans la gestion des incendies de l’été dernier. Le problème Turc à
Chypre...Tout semblait pourtant sourire, l’année dernière, à l’opposition
socialiste (Pasok) de Georges Papandréou, qui pensait reprendre le pouvoir aux législatives. C’était sans compter sur nos amis
les Grecs qui ont préféré la continuité ... nationaliste …à la démocratie. Or pour les fins observateurs que nous sommes, dis-moi Liza, franchement : cela ça ne te rappelle
rien ? On se console que l’extrême droit en France soit bien moribonde tandis qu’en Gréce, elle siège au parlement ….Bref, chacun a, dans son pays, la « peste brune »
qu’il mérite …  Remarque, en Italie c’est bien pire, n’est ce pas ?
Biz et kalinikta:0010:


 



lizagrece 22/10/2008 18:10

Je suis tout bonnement affligée par cet article ( non pas ton article, mais le compte-rendu de ce que ce fait divers ignoble) ...Cahque jour je me félicite d'avoir émigré ...LIZAGRECE

Désherbant 22/10/2008 18:44



Que veux tu ma chère Liza : chaque contrée a bien son lot de tarés à gérer. Certes plus difficiles à les remarquer pour
toi depuis le tréfond  de ton Péloponnèse, où tu as élu nouvelle demeure,  ou depuis  toute autre
minuscule îlot des Cyclades, mais pour peu que l’on se ballade dans Athènes, crois moi, les nazillons au crane rasé ou à la moustache bien touffue, sont légions.


Les relents du pas si éloigné régime des colonels planent encore dans ton Hellade tant aimée … L’acropole toute entière en
suite  encore de cette dangereuse « peste » gris-de-brun si authéntiquement Grecque…
Courage donc et trinquons à l’Ouzo, of course, pour l’imminente disparition de ce sinistre fléau qu’est le fascisme et la xénophobie partout en Europe et de par le vaste monde  …