Pour ne plus sentir le sapin !

Publié le par Désherbant

J’ai beau me dire que désormais les fêtes sont derrière moi, il n’empêche : j’ai les boules !

Dans mon entourage je ne vois que des détériorations, dégâts, ravages, dommages, ruines, déchéances et autres dévastations !

C’est en tout cas ce que les ami(e)s et collègues en on l’air.

Comment  faire donc une croix sur tout ce qui a été bon pendant les fêtes : l’alcool, les graisses, le tabac ?

Après tant d’allégresse voici venu le temps de la déprime, des infusions, des fades soupes de pois cassés et autres potions drainantes.

Rien qu’à m’imaginer à quel point mon côlon sera heureux à un tel régime de détox, je tombe en asthénie.

Mais bon, je ne suis pas le seul.

Vous aussi, n’est ce pas, vous retrouvez aujourd’hui avec le foie d’Amy Winehouse et le taux de cholestérol de Maïté ?

Vous aussi les derniers repas de famille vous on collé le moral d’un François Fillon au lendemain d’un remaniement du gouvernement, hein  ?

Sans oublier un compte bancaire en dessous du PIB du Mozambique et on a plus qu’aller se pendre avec l’écharpe tricotée par la grande tante Gisèle.

Bref, l’esprit de Noël nous a laissé une sacrée gueule de bois et, à coup sur, vous avez songé sérieusement à vous coller la tête dans un sac à sapin...
Bienvenus au club !
Quoi faire donc pour retrouver le spleen d’antan ?

Faire comme les stars camées d’Hollywood et songer peut-être à une sérieuse retraite de désintox dans une institution spécialisée hyper chère et très « up to date » et à l'abri des paparazzi ?

A méditer, car ce teint cireux, cette haleine fétide, ce regard vague c’est bien vous et moi aux lendemains de bombance et non pas l’imagerie médicale de la dernière coloscopie de pépé.

Trop de bulles, trop de chocolats, drop de dinde et de chapon farcis aux marrons ont eu raison de ma (et pas la votre) jadis engageante allure de moniteur de tennis.

Et que dire de mon découvert bancaire qui a explosé ?

En effet ce fut dès le 15 décembre que j’ai tout pété : mon PEL, mon treizième mois, etc.

Alors fatalement mon banquier a lancé un véritable « contrat »  sur ma tête.

C’est fou ce qu’il y a de siciliens en ce moment qui traînent dans mon quartier … Va falloir que je me  méfie : « Capisci » ?

C’est promis, je vais demander au juge d’engager une procédure de mise sous tutelle, d’autant plus que les soldes on bien démarré en ce moment.

On le sait, la vie est une chienne.

Va falloir aussi mettre un holà à ces petits merdeux tout plein de morve.
Des cadeaux, du pognon des grands parents, des jeux vidéo, des programmes télé rien que pour eux… Noël pour les mômes c’est un peu comme pour moi, durant l’année, les happy hours : la teuf !

Pourris gâtes pendant un bon mois, vos affreux lardons se sont métamorphosés en petits tyrans absolutistes.

Je vais leur donner moi la révolution dans la gueule, et vite rétablir la démocratie dans le foyer.

A moi de leur expliquer ce qui est arrivé à Saddam Hussein ou autres Hitler.

En principe ça devrait se révéler efficace et si ça ne suffit pas,  je vais m’efforcer de  laisser trainer, bien en vue,  un exemplaire de : « L’enfant qui vivait dans un placard et qui ne mangeait que de la soupe aux épinards et aux haricots verts ».
Normalement, ça calme.

Et pour ce qui concerne mes résolutions 2009, c’est officiel : je n’aime plus les gens.

J’ai commencé dès le 1er janvier à 00h01 tapante. La toute première personne qui m’a souhaité la bonne année a très, très mal commencé la sienne !

Je me suis efforcé de me brouiller avec toute la famille et l’ensemble de mon entourage.

Au bureau désormais tous les collègues, toute la direction générale cordialement me détestent.
Excellent, j’ai enfin la paix !

Comme pour la bouffe je vais faire une diète de tous ces casse-pieds.

J’ai débranché mon téléphone, refusé fermement toute invitation à la galette des rois, de toute façon la frangipane c’est immonde.

Je vis retiré, isolé, solitaire, écarté, éloigné, distant et détourné de tout.

Survivre donc, coûte-que-coûte.

Bref, je m’emmerde à longueur de journée !

Je vais ainsi avoir tout le loisir de faire le point.

Pour avoir  tout le plaisir, bien ultérieurement, de renouer ensuite avec mes proches.

Peut-être … !

Commenter cet article

Voyage Pays Baltes 08/04/2013 16:40


J'aime beaucoup votre humour décalé ;)

Désherbant 12/07/2013 00:45



Merci pour votre compliment.



VITA 04/02/2013 21:17


Bonjour, l'ami......VITA

Désherbant 05/02/2013 12:25



Bonjour à toi VITA. Ravi de te "revoir" ici ....



zaq 02/02/2009 15:28

faire le point, s'isoler des autres...bref, tu restes assis chez toi à écouter le chant des plants de maïs du voisin ! et moi qui croyais que tu n'aimais pas les labours...

Désherbant 03/02/2009 09:27


Lol.
Chez moi ça serait plutôt le vacarme du marteau piqueur et
la sonorité de la circulation de la capitale ...
Mais bon : écouter le maïs ... why not ?
Où ça ? Où ça ?;-)


Moâ 30/01/2009 11:27

Kikou toâ  ;-)Bin mon colon, tu es très inspiré, serait-ce les relents des libations passées qui te rendent si loquace?  HihihihiiiiiiJe plaisante, j'adore!!Ne voulant pas de distraire dans ton recueillement, je te souhaite un excellent week-end.Cordialement à toâ. :-)

Désherbant 03/02/2009 09:23



(Sourire) !


Satanée « gueule de bois » !
Elle colle aux semelles comme la bien grasse boue des champs !


Impossible à m’en dépêtrer. Lol.
;-)



Mu 25/01/2009 11:41

Une question : te laves-tu encore ou est-ce la déroute physique aussi ? Les ongles et les cheveux ça pousse vite !Mu

Désherbant 26/01/2009 11:38


No soucis, Espiègle Goutte.
Du coté hygiène nulle concession.
On peut être (ponctuellement) cénobite mais, toujours,  à l’allure extérieure "too much".
Oligarchie exige ...;)