Se mettre au vert et virer au rouge

Publié le par Désherbant

Scènes de la vie courante dans une grande brasserie parisienne du coté de la Bastille. Les vacances de printemps venaient à peine de se terminer que, profitant des retrouvailles après ce court break printanier, les conversations fusaient avec une inspiration époustouflante.
Pour la plupart, mes meilleurs amis, étaient tous là.
Des amis qui viennent  à peine de rentrer dans la capitale et les voilà que déjà ils échafaudaient des projets pour les prochains congés d'été.
L'occasion pour moi de mieux appréhender quelle sera la tendance de l’été 2009 pour les grandes vacances.
Les prédispositions des uns et des autres semblent porter cette année sur la nature et les ballades … 
A chaque bout de la table, je pouvais entendre les enthousiasmantes cohésions émises autour les avantages qu’une balade dans la nature en été provoquait dans les esprits de mes " meilleurs ami(e)s" …
Pauvres pommes que vous êtes, pensais-je, vous qui vantez les mérites de ces aberrantes pratiques estivales.
Désireux de fuir la ville, vous voilà  à vous retrouver, chaque été et par millions, à arpenter les sentiers de France et du monde.
Un afflux dément qui se précipite sur ces chemins improbables parcourus par des baladeurs du dimanche.
A première vue, rien de plus banal qu’une simple promenade à la campagne en été.
Sauf si l’incendie menace et que les insectes se déchainent.
Chaque année on compte en moyenne près de 2000 départ de feu rien que dans le seul sud-est de la France.
Des incendies pour la plupart provoqués par ces irresponsables randonneurs « amoureux de la nature ».
Quant aux insectes, eux aussi profilent des beaux jours pour sortir : abeilles, guêpes, tiques et autres immondes bestioles sont à l’origine de piqûres souvent aussi dangereuses que douloureuses car les risques d’allergies sont toujours possibles.
Enfin, les vipères, seuls serpents venimeux vivant sous nos climats et qui occasionnent des morsures qui doivent toujours être prises au sérieux. Rarement mortelles, mais quand-même parfois, elles exigent cependant une prise en charge rapide par les secours.
L’ennui c’est que les secours, loin de la ville, ne sont guère pléthores.
Et qu’en penser de l’hydrocution et des noyades abondamment disponibles dans le rayon des accidents  "graves"  pour les adeptes occasionnels du cannyonning, rafting et autres descentes en « eaux vives » ?
Où était-elle donc la fameuse : "prudence attitude" ?
Elle semblait bien absente dans les conversations émises dans ce cossu et néanmoins sûr cadre parisien.
Tout semblait si facile, si cool, si merveilleux.
Hélas ! Ces grands amateurs du monde naturel, semblaient faire fi de tout bon sens. Il y avait de quoi s'angoisser pour eux.
Nul ne s’évertuait à parler de prévention ou des règles élémentaires de sécurité. Le bon sens quoi.
Qui parmi ces étonnants amis de l’écologie et de vacances labélisées « Bio » s’inquiétait de proclamer qu’on ne fume pas dans la nature et encore moins on ne jette jamais son mégot par la fenêtre de la voiture?
Qu'on ne fait pas non plus de feu de camp et, surtout, qu'on ramasse tous ses détritus après un pique-nique ou un bivouaque sauvage ? 
Qui encore s’inquiétait, pour ses enfants ou se proches plus fragiles, afin d’éviter les piqûres d’insectes?  
Par exemple avoir le bon reflexe de boire son soda avec une paille plutôt qu’à la bouteille ou directement à la cannette, de refermer les pots d’aliments sucrés et de ne pas faire des gestes brusques en présence d’abeilles ou de guêpes.
Qui donc, parmi ces urbains endurcis  était en mesure d'avouer son  incompétence en matière de nature?
Qui encore était en mesure de reconnaitre, parmi les inoffensifs reptiles de nos campagnes, la bien plus dangereuse vipère ?
Et bien je vais vous le dire moi, qui ne quitte jamais le confortable et bénin périmètre de la ville : par sa tête plate, triangulaire et à ses deux crochets. Une sale bête qui te pique toujours au niveau des pieds lorsqu’on s’aventure en tongs - ou nus pieds ! - sur des chemins rocailleux et escarpés. Ou alors qui te mords au niveau des mains lorsque, stupidement, tu te  mets à soulever des pierres ou que tu les mets dans des troncs d’arbres.
Et que dire des « coups des soleils » ?
De l’abominable cancer, le spectre de la mort,  qui plane toujours au dessus de nos têtes et de nos peaux lorsqu’on oublie la prudence dans nos expositions solaires insensées aux pis moments de la journée sans les protections indispensables de crèmes solaires.
Je pensais aussi tout au long de cet inquiétant dîner en ville, à qui vraiment, parmi ces convives amis,  pouvait bien être à jour de sa vaccination antitétanique, ou encore lesquels parmi eux, pouvait vraiment penser, se trouvant sur les chemins de randonnée, d’emporter suffisamment d’eau dans leurs équipages de randonneur, flambants neufs  de  frimeur de la ville.
Qui méditait aussi vraiment qu’avant de se lancer dans toute virée d’explorateur de ce vaste monde, il fallait penser, au préalable, d’informer ses proches de son itinéraire en cas de balade dans une région où, par exemple,  les téléphones mobiles ne fonctionnent pas?
Ou alors qui pensait de se renseigner sur les conditions météorologiques lorsqu'on s’aventure dans des zones naturelles, comme la montagne, et où les climats sont dangereux car imprévisibles?
Et que faire lorsqu’on se retrouve coincés en plein orage dans la nature?Mais se protéger sous un arbre, of course ! Pfff ...
Qui réflechissait aussi à bien se renseigner sur les conditions d’accès aux réserves naturelles et autres parcs nationaux ? 
Les chiens et la cueillette de certains végétaux peuvent être proscrits.
Certains massifs peuvent également être interdits durant les périodes à risques. 
Pourtant personne, parmi les commensaux de ce restaurant à la mode, n’envisageait de se renseigner, par exemple, auprès des préfectures locales, ce qui aurait été, peut-être,  plus raisonnable.
Absence totale de la moindre préparation, méthodologie défaillante et, surtout, nulle expertise en la matière.
Pour rien au monde je ne ferai partie de leurs contestables évasions.
Pour rien au monde je ne partagerai leurs aventures dans le monde naturel et hostile.
Trop peur d’y laisser, ma peau.
En revanche, aux environs de fin septembre prochain, je me mettrai à guetter leur retour en direction des portes de Paris, afin d’énumérer les rescapés de toutes ces mortelles randonnées estivales.
A coup sûr, bon nombre d’entre eux manquera et avec regret, à l’appel.
La nature, on le sait : est cruelle ...

Commenter cet article

Ana+Luthi 03/06/2009 14:34

... je ne quitterai pour rien au monde mon bout de montagne, je vis au dans un chalet au milieu des sapin... sauf peut-être pour la campagne grec...  j'ai hâte d'être dans un mois et demi et visiter le nord du Péloponèse. ... et si je rencontre une vipère je lui ferais un coucou de ta part Dhéserbant, promis.Pleins de besitos :0010: 

Désherbant 11/07/2009 22:29


Hola tendre Ana. Ah, la douceur des alpages ... la chaleur d'un chalet, et l'odeur des ... sapins.
En somme, ça sent (trop) le sapin ... la montagne ...
;-)
Mais j'y viendrai l'un de ces quatre ne serait-ce que pour gouter à l'une de tes sublimes recettes.
1000 besitos, chica.
:0010:


Louly+cot+cot+cot+!!!+:0091:+:0075: 12/05/2009 19:13

coucou !!!

Désherbant 17/05/2009 15:51


Coucout, too !
;-)


Mu 09/05/2009 10:51

Hello le tondu ... sans blague, zêtes autant déconnectés dans les mégolopôles ??? Nan, je peux pas le croire !Heureusement que tu veilles !!!Biz à toi

Désherbant 17/05/2009 15:50


... Juste un brin débordé par le taf.
Mais ça reviendra bientôt à la normale.
1000 bizouille à toi, ma belle
:0010:


syboule 04/05/2009 15:36

c'est sur que la campagne nécéssite des précaussion ... surtout pour les citadins ...mdr ..mais bon il n'y a pas que les désagréments ...d'ailleur je pense que les morilles vont commencer à pointer du nez... miam je sens que je vais chausser mes bottes (oui oui c'est mieux que des mocassins..) et hop hop on va partir à la chasse aux morilles...

Désherbant 17/05/2009 15:49


Tu t'y connais en champignons ?
Epatant !!
Sois prudente cependant, hein ?!?
1000 biz, Syboulette
:0010:


zaq 04/05/2009 12:19

salut désherbant, un conseil en passant.... change de potes ! à +

Désherbant 17/05/2009 15:47


Mais ils sont bien mes potes, Zaqouille ...
;-)